Bilhères en Ossau: rappel historique

HMO sigle

BILHERES en OSSAU

  • Bileles  1154  charte de Barcelone, d’après Marca,  Histoire du Béarn
  • Billère  1286  charte d’Ossau, ADPA, E 267
  • Vilheres d’Ossau  1538  Réformation de Béarn
  • Bilheras 1595  Réformation de Béarn, ADPA,  B 777 f° 46
  • Saint Joan de Bilhères  1618, Insinuation du diocèse d’Oloron

Un village typique du monde agro-pastoral ossalois

Composé d’un cœur de village Lies,  à la croisée des chemins qui relient les trois quartiers du village délimités par des croix,  avec : église, deux abbayes-laïques, un cimetière autour de l’église, une salle pour les assemblées abritée par l’église, une école dans un appentis de l’église, une place commune ou se rendait la justice, le siège judicial (actuellement remplacée par un bâtiment  Mairie et Ecole)

Un abreuvoir avec fontaine et lavoir

Des maisons placées en terrasses sur la pente naturelle du site

Et de deux autres quartiers établis en amphithéâtre en dessous et en dessus, Arroust et Ourdos qui étaient sous la domination de deux domengeadures, Courtade et  Forsanduc.

carte1.BILH.1385BILH.tab1385

 

Le Village est connu dès le  12° siècle, et son appellation peut signifier le vieux village, bilh, bielh. En effet ce village est peut-être le premier site occupé dans ce secteur, placé en hauteur, donc plus à l’écart des invasions et plus facilement défendable que celui de la plaine. Le même processus peut se remarquer dans le cas de Béost et Bagès.  On se sentait plus en sécurité dans les sites élevés et l’on était aussi proche des pâturages.

Dans la légende de l’Ossau on raconte que l’épouse du Seigneur de Béon, vivant au château de Bielle, s’était réfugiée avec sa suite dans les montagnes du Pic du Midi pour échapper aux attaques des Normands.

 Bielle et Bilhères furent depuis fort longtemps associées dans la gestion des terres et les jurats des deux villages siégeaient dans les mêmes assemblées  chargées de gérer les revenus et les charges. Ils  possédaient les pâturages en indivision soit 7/ 12° pour Bielle et 5/12° pour Bilhères.

Trois quartiers sont à distinguer dans la constitution du village, Arrous, Lies et Ourdos.

Depuis le Moyen-âge il y avait dans ce village deux abbayes laïques tout près de l’église, dans le quartier du milieu appelé Lies, à l’intersection des trois chemins. Mais ces deux bâtiments n’existent plus déjà  au XVII° siècle.  L’abbaye d’en bas est une ruine lorsque elle est vendue en 1681 à Messire de Casaux. L’abbaye d’en haut est également ruinée. Mais si les bâtiments n’existent plus les droits persistent et l’abbaye dessus a une prééminence sur celle d’en bas. La première a les droits de présentation à la cure, le quart de la dime, le droit d’entrée aux États de Béarn,  et prélève des fiefs. L’autre n’a que le droit de prélever certains fiefs sur dix maisons environ. Aucune de ces familles ne réside au village dès le XVII° siècle.

L’abbaye Debat appartint notamment à  la famille  Courtade, et plus tard à la famille des notaires d’Ossau,  Barelhes. La famille Casadepatz racheta les titres de l’abbaye de Dessus et l’on sait qu’elle lui appartenait au XVII°. Mais  Jean de Casadepatz devint également, par mariage,  seigneur d’Iseste et abandonna en partie le village. En 1773  l’abbaye était la propriété de noble Bertrand, seigneur de Bordes qui la cède à la famille   Pasquant de Lavaud Blanche

Il y eut également deux domengeadures qui disparurent à la Révolution. Elles furent dans les mains de la famille des Sainte-Colome puis des Louvie  avant d’être vendue aux Labarthe.

Françoise FABRE-BARRERE

circuitBilhA5s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *